Ma petite sœur s’est suicidée il y a plus de dix ans maintenant.

Au collège, elle était en échec scolaire et avait commencé à se droguer, à boire, une paria qui s’est mariée, quelques années avant, dans l’anonymat familial. Broyant toujours du noir, sans goût pour la vie et avoir des enfants ! 

Mon autre sœur m’a alors raconté. Elle-même violée gentillement une nuit à l’âge de dix ans par notre grand frère. Puis vint immédiatement le tour de notre petite sœur de 8 ans  parce qu’elle refusait. Notre mère savait à l’époque.Cela a duré des années, jusqu’au mariage de mon grand frère.

Mon père est décédé et je ne plus savoir si lui aussi était complice. Cette insoutenable loi du silence m’est intolérable, car aujourd’hui, nous avons tous plus de 50 ans. Mon grand frère est toujours protégé par ma sœur, et par ma mère qui cohabitent avec lui. Il a toujours un comportement de prédateur sexuel, l’œil lubrique lorsqu’il a regardé une photo de ma plus jeune fille de 30 ans. Il est sous contrôle psychiatrique…Pas de mot aimable ou de remord envers ma petite sœur.

Je suis moi aussi un paria de la famille depuis que je suis majeur, et surtout depuis 10 ans que je sais. Je vis avec cette terrible peine, moi le “juste” et  le “propre” ! Je n’ai rien vu, ni rien su ! Et il est aussi terrible de réaliser que du haut de mes 12 ans je n’aurai rien pu faire pour protéger ma petite sœur chérie. Je pleure en écrivant ces mots que personne d’autre n’écrira pour elle…